Image

Compétences transversales pour études supérieures : l’inventaire européen

Ceci est une introduction à une série d’articles consacrés aux compétences transversales que l’école et en particuliers l’enseignement secondaire et secondaire technique devrait développer afin de préparer le/la jeune soit aux études supérieures ultérieures, soit à la vie professionnelle et sa vie de citoyen.

Le premier article essayera de déterminer le Pourquoi et la Nécessité d’un développement de compétences transversales et proposera un premier Modèle de compétences transversales à acquérir, le deuxième et le troisième article exposeront plus en détail les différents aspects, finalités et descripteurs de ces compétences tandis que le dernier article se portera sur la mise en œuvre d’un enseignement et de situations d’apprentissage qui favorisent l’acquisition des ces compétences.

Faisons donc auparavant quelques clarifications et examinons quelques exemples avant de se lancer dans l’exploration plus approfondie des compétences es transversales

 

  1. Qu’est-ce donc …. une compétence transversale?

Essayons de nous approcher par des références étrangères comme

– en Belgique

où les compétences transversales…

  • “sont le terreau qui permettra l’éclosion d’un adulte lucide, dynamique, responsable, capable de s’adapter et d’être heureux
    ROGIER, “Le Latin et les compétences transversales”, 1992
  • “peuvent être exercées dans plusieurs disciplines, voire dans toutes les disciplines”
    Socles de Compétences – 1994
  • “acquises dans le cadre de tel cours, peuvent être transférées dans d’autres situations.” 
    FOUREZ – Les Socles de Compétences in “Revue Nouvelle” – Mars 1994
  • “sont construite à l’occasion de la découverte des compétences disciplinaires”
    CRAHAY – Apprendre à apprendre et régulation des compétences transversales au premier degré́ – Octobre 1995

Plus concrètement, les extraits du programme intégré adapté aux socle compétences de la FédEFoC disent ceci :
Ces compétences sont d’une grande importance pour la réussite des apprentissages. L’école passerait à côté́ d’une de ses fonctions essentielles si elle n’organisait pas une “éducation” à ces compétences et se contentait de laisser au hasard, à l’initiative des enfants ou à l’encadrement familial, la responsabilité́ de leur développement.

Représentant le bagage dont chaque enfant devrait progressivement être muni au fil de sa scolarité́, elles sont à la fois :

diversifiées : relationnelles, instrumentales et de prise de conscience de son fonctionnement ;

unificatrices et transdisciplinaires parce qu’elles unissent les approches disciplinaires au sein d’activités d’apprentissage fonctionnelles et signifiantes qui traversent les disciplines.

Tout en développant la pensée formelle, l’accès à l’abstraction et à la conceptualisation, l’enseignant veillera à poursuivre l’enrichissement de la pensée sensible, intuitive et globale.

-au Québec,

les compétences transversales sont les compétences pour la vie et elles sont regroupées en quatre ordres :

ordre intellectuel : Exploiter l’information ; Résoudre des problèmes ; Exercer son jugement critique ; Mettre en œuvre sa pensée créatrice ;

ordre méthodologique : Se donner des méthodes de travail efficaces ; Exploiter les technologies de l’information et de la communication ;

ordre personnel et social : Actualiser son potentiel ; Coopérer ;

ordre de la communication : Communiquer de façon appropriée.

 

– en France,

le focus est mis plutôt sur une approche transversale des enseignements. Dans les documents d’accompagnement de la mise en œuvre du livret personnel des compétences on peut lire :

L’évaluation par compétences des élèves contribue au suivi de l’acquisition progressive des connaissances, des capacités et attitudes attendues pour la validation du socle commun. Sa mise en œuvre se traduit par l’évaluation de compétences transversales.

Une définition explicite des compétences transversales acquérir ne se trouve cependant pas dans les descripteurs du livret personnel des compétences de l’élève.

 

-en Suisse alémanique,

le nouveau plan d‘études « Lehrplan 21 » prévoit des compétences transversales ou transdisciplinaires et les regroupe en 3 catégories : les compétences personnelles, sociales et méthodologiques. A côté de ces compétences transversales, le nouveau plan d’étude prévoit aussi des thématiques transdisciplinaires comme l’utilisation des technologies de l’information et de la communication ou l’éducation au développement durable.

 

-en Suisse francophone,

le plan d’études romand cite des capacités transversales qui permettent à l’élève d’améliorer sa connaissance de lui-même et concourent à optimiser et à réguler ses apprentissages. Elles s’inscrivent dans une volonté de réussite scolaire et représentent une part importante du bagage dont chaque élève devrait être muni au cours de sa scolarité en vue de son insertion sociale et professionnelle.

Les 5 capacités transversales (Collaboration ; Communication ; Stratégies d’apprentissage ; Pensée créatrice ; Démarche réflexive) sont liées entre elles, sont complémentaires et ne sont pas évaluables pour elles-mêmes.

 

-en Allemagne,

dû au système des Länder, il est difficile de retrouver une ligne identique au niveau des différents états fédéraux, à titre d’exemple le plan d’étude de Saxe-Anhalt cite des compétences transdisciplinaires  – apprendre  apprendre, maîtriser la(les) langue(s), vivre ensemble, résoudre des problèmes, utiliser les technologies de l’information -.

 

-en Autriche,

le plan d’étude autrichien indique de façon détaillée des compétences transdisciplinaires qui sont structurés en 3 familles de compétences :

  1. Construire, analyser et transmettre des informations et connaissances
  2. Développer des attitudes
  3. Juger, décider et agir

2. Essai d’une définition (provisoire) :

A la suite des ces exemples, on pourrait dire que les compétences transversales sont un ensemble de démarches méthodologiques, stratégies d’apprentissages et attitudes mentales et sociales qui visent une autonomie croissante d’apprentissage des élèves. Elles sont déclinées de façon spécifique dans les différentes disciplines scolaires.

Elles jouent un rôle déterminant dans la construction de la personnalité du jeune, mais aussi elles lui permettent de se constituer un éventail des démarches, méthodes et stratégies qu’il lui sera possible de transférer dans des situations inconnues.

Et quelles les compétences nécessaires ….
pour les études supérieures ?

Avant de décliner l’un des modèles précédents pour l’ajuster, il nous faudra d’abord préciser pourquoi il est nécessaire de développer déjà de telles compétences au secondaire. Pour cela nous allons dans un premier article approfondir et préciser les similitudes, mais aussi les différences entre l’enseignement et l’apprentissage au secondaire afin d’en déduire une première esquisse d’un modèle de compétences pour les études supérieures.

4 thoughts on “Compétences transversales pour études supérieures : l’inventaire européen

Comments are closed.